Handbook Of Model Rocketry ou le livre de l’été.

Handbook Of Model Rocketry

Avant le « Handbook Of Model Rocketry » j’ai fait comme tout à chacun : j’ai écumé les sites web, les vidéos Youtube et autre blog pour trouver les bonnes informations sur l’astromodélisme.

Une fois ces informations trouvées, il faut les vérifier, les confronter, … bref, faire le tri entre ce que dit ce site qui contredit cette vidéo.. etc.. Et c’est de loin la partie qui prend le plus de temps !

Handbook Of Model Rocketry
à partir de 14,83€ sur Amazon

Mais pour des vacances – cérébrales et physique – je me suis offert le Handbook Of Model Rocketry sur Amazon : Cliquez ici pour le lien.

Ecrit par l’un des pères du hobby : G. Harry Stine, tout dans ce livre est un aller simple dans vos connaissances sans passer par le laborieux filtre de la vérification.

De la fabrication, du lancement, en passant par les moteurs, l’aérodynamique ( si, si ! ), même quelque plans et des programmes ( en Basic certes.. ) c’est bien l’ensemble des disciplines du hobby qui sont traités dans ce livre. Avec lui seul vous pourrez envoyer des modèles réduits de fusées à la perpendiculaire du plancher des vaches.

J’ai particulièrement aimé la partie sur l’aérodynamique qui donne de véritables clés pratiques et utilisables tout de suite pour faire des fusées bien plus performantes. La partie sur les propulseurs à répondu à des questions que je ne me posais pas encore avant la lecture de ce livre : Un vrai régal.

Edité en anglais, le Handbook Of Model Rocketry nous rappel avant tout que c’est un livre sérieux sur un bon moyen de s’amuser. J’ai trouver mon nouveau livre de chevet.

Des Moteurs à poudre pour la Delphinus

J’ai reçu les premiers moteurs pour la Delphinus : Ces sont des Klima, une marque de plus dans le monde de l’astromodélisme. Bien sûr j’ai pris les moins puissants possible en suivant les prérogatives du « Premier vol » sur le doc de la fusée.

  • Un C6-0 pour le 1er étage
  • Et un A6-4 pour le second

.. Pour expliquer les références des moteurs, j’ai mis la main là-dessus sur le site d’Estes:

Explication des références de moteurs de micro-fusées

  • La lettre indique l’impulsion totale ou la puissance totale délivrée par l’engin. Chaque lettre succédente a deux fois la puissance de sa précédente. Par ex: C est 4x plus puissant que A.
  • Le deuxième chiffre correspond à la force de poussée moyenne du moteur en Newton.
  • Le dernier chiffre correspond au temps d’attente, en secondes, entre la fin de la phase de propulsion et la mise à feu de la charge d’éjection du parachute. Un chiffre de « 0 » signifiant qu’il n’y a pas de délai pour la charge d’éjection, donc ils sont fait pour les booster de 1er étage.
Dès réception des moteurs : Mise en boîte et en sécurité

Et de la part de Klima, j’ai trouvé ce document là :

Qui nous donne toutes les infos d’un coup :
( Téléchargeable sur le site de Klima. )

C’est fait de quoi ?

D’après la doc que j’ai pu trouver sur les moteurs, ils font 17,8 mm de diamètre pour 70 mm de long. Le contenu explosif est souvent fait de Nitrate de Potassium et de Soufre mais rien à ce sujet dans la documentation.

Encore une idée de sujet à traiter pour une suite 🙂

Klima : Delphinus. Une première microfusée

On recommence doucement… J’ai choisi une « ready to fly » ( une « prête à voler » donc..) de chez Klima à 2 étages : La Delphinus.

Ces modèles sont très simple à monter, notamment avec des ailerons en plastique qui ne nécessitent pas de collage. Il y a même un système de déviation des gaz d’éjection du parachute pour éviter que ce dernier ne brûle.

Je vous met aussi le lien vers la micro-fusée sur Amazon ICI

Avant de commencer, j’ai jeté un coup d’oeuil à la page wikipédia sur le sujet. Peut de sources de citées : Il est noté que l’on ne peut utiliser que des propulseurs de type A,B, ou C en France et que la distance de sécurité est de 30 mètres… Quelque soit le type de propulseur utilisé. Il existe une associaton ( TRIPOLI Southern France ) qui tire des fusées bien plus grosses…. Mais en dehors du territoire français.
Je vais donc chercher des informations un peu plus complètes sur le sujet et j’en parlerai dans un prochain post.

Le montage.

Avec des parties en plastiques, le montage est d’une très grande facilité. Les instructions sont simples et claires. ( Ici sur le site du constructeur ), en moins d’un après-midi c’était fait. J’ai renforcé le support moteur en mettant une couche de colle blanche supplémentaire et je vais de ce pas commander une série de propulseurs.

La colle blanche sur les contours du support du propulseur pour consolider un peu la bête.

Un peu de peinture blanche et elle sera paré au lancement !