Le site de l’astromodeliste à 1 an !

Quelque 21 articles plus tard, me voilà à fêter les an d’existence sur ce petit blog qui parle d’astromodélisme. C’est certain que l’aventure va continuer tellement le plaisir d’apprendre est grand !

Bonne anniversaire au tout jeune blog de « l’astromodeliste » !

J’en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et de très beau lancement en 2020. Le parcours continu !

Suivre le blog de l’Astromodeliste

Si le parcours compte plus que l’objectif, il n’en reste pas moins un chemin qui ne se fait pas seul. La régularité est la clé. Suivant l’idée du blog, un article tous les quinze jours donne un bon tempo. Voici les moyens pour suivre le blog de l’Astromodeliste.

Si vous souhaitez suivre le rythme des parutions, j’ai mis en place un système de newsletter qui envoi un mail tous les deux mois avec les liens vers les derniers articles. Pour vous inscrire, rien de plus simple ! Il vous suffit de renseigner votre adresse e-mail dans l’encart juste en dessous :

Abonnez vous au blog de l'Astromodeliste !

Abonnez vous et recevez les dernièrs articles du blog tous les 2 mois.

Je comprends que ces informations personnels vont être transférés sur MailChimp ( plus d'informations )

Je ne donnerai, n'échangerai ou ne venderai votre adresse email. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le voulez

J’ai donc aussi créé une page Facebook pour suivre les parutions du blog et les projets sur lesquels je travail. Il suffit juste de cliquer sur l’image pour y accéder et suivre le blog de l’Astromodeliste !

page facebook astromodeliste
La page Facebook de l’astromodeliste

Estes Exocet MM-38

A faire de l’archéologie de micro-fusées, on fini par retrouver de vieux modèles. Et c’est comme ça que j’ai remis la main sur un Estes Exocet mm-38 en parfait état de conservation.

L'exocet mm-38 d'Estes

Je trouve ce modèle génial. Il a été produit par Estes entre 1986 et 1989 sous le numéro de kit 1925. J’ai le souvenir d’un très bon vol en l’équipant avec un C6-4.

C’est une copie d’un missile anti-navire dans sa version mer-mer ( le « MM » donc ) fabriqué par Aerospatiale. Un peu d’infos historiques sur wikipedia, permet de récolter l’inspiration pour la conception du modèle.

Il existe d’autre marques qui ont édités des modèles de l’exocet tel que Aardvark et Binder design mais à des échelles différentes qui nécessiteront des propulseurs bien plus puissants et pas autorisés ( ou pas couvert… ) par la réglementation française.

Pour la conception… sans le kit

Les instructions téléchargeables en pdf sur le site d’Estes devraient permettre de refaire le modèle. On peut retrouver les côtes grâce à la liste des différentes parties et ce document qui fait la correspondance entre les noms des composants et les tailles. Pour les plus pressé d’entre vous, voici la liste des composants ci-dessous. Quant aux côtes des ailerons, elles peuvent être trouvés ici.

réf. ESTESLongueurEpaisseurdiam. int.diam. ext.
Engine mount tubeBT-20J69,850.3318,0318,69
engine hookEH-2
engine blockAR-520
adapter ring setTA-1327
shock cord mount
Body tubeBT-55457,200,5332,5933,55
Body tube marking tube
Balsa fin sheettélécharger
Launch lugLL-2A
Nose conePNC-55 EXtélécharger
Clay balance weightpas utile avec le nez imprimé en 3D
ParachutePK-12A
Shroud lineSLT-T2
Tape disc setTD-3F
DecalKD-1925

En ce qui concerne l’ogive, j’ai préparé un fichier .stl à télécharger qui correspond au modèle PNC_55-EX de la liste des composants. Bien sûr, ça nécessite une imprimante 3D, mais j’ai essuyé les plâtres pour vous, puisqu’il rentre avec la tolérance adéquat dans le tube. Ce nez de fusée est fait d’une belle courbe tangentielle qui pourra être utilisée dans d’autre de vos projets.

Dans la version originale, le nez était lesté pour atteindre 22 grammes et … c’est justement le poids qu’il a dans sa version imprimé en PLA. La version en PET est un peu plus légère avec un poids de 16 grammes, ce qui nécessitera de le lesté pour déplacer le centre de gravité.

Le fichier .stl est disponible en téléchargement ci-dessous :

Ailleurs autour de l’exocet.

D’autre semblent s’y être déjà attaquer d’après ce que j’ai pu lire sur ce sujet du rocketeryforum datant de Mai 2017. Leur modèle de l’ Estes Exocet mm-38 est particulièrement classe, je vous invite à y jeter un coup d’oeuil.

Si vous faite le montage de cette version miniature du missile, ça m’intéresse beaucoup ! Donc n’hésitez pas à poster un lien dans les commentaires.

Pour aller plus loin

Tout d’abord, il y a la fiche d’information sur Rocketreviews.com et le fichier openrocket télécheargeable sur le rocketryforum.

Et plus largement sur le côté historique du sujet, ce livre : « Lextraordinaire aventure de l’Exocet » édité en 1988 et paru aux éditions de la Cité. Voici le lien sur Amazon pour les plus curieux d’entre vous.

Et pour terminer..

Malgré de nombreux vols, et après 30 ans d’inactivité elle reste ( presque ) prête à décoller !

Un article quelque peu historique donc pour cette fois. J’espère qu’il vous aura donné envie ! Dans tous les cas, merci de l’avoir lu jusqu’au bout et je vous dit à très bientôt pour la suite du parcours.

Un nouveau logo pour le blog de l’Astromodéliste

Une écriture simple pour le titre du site me semblait un peu pauvre.. J’ai donc concocté un nouveau logo pour le blog de l’astromodéliste ! Plus dynamique, plus graphique ( c’était pas difficile… 😉 il incarne la philosophie du blog mieux que la très sobre et ancienne police de caractère.

Travaillé en quelque heures sur Gimp, on peut dire qu’il est d’origine Open source ! Il ornera aussi la chaîne Youtube à laquelle je vous invite à vous abonner et à cliquer sur la Cloche :

J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi ! A très bientôt.

Faire une rampe de lancement.

La rampe de lancement d’une micro-fusée est indispensable au bon déroulement du vol. Mais avant de commencer, voyons ce que nous dit Wikipédia au sujet des Aires de Lancement.

rail V-slot
Un rail V-slot

Et pour partir toute droite vers l’infini et au-delà, notre micro-fusée à besoin d’être guidée jusqu’à ce qu’elle atteigne la vitesse suffisante à sa stabilité : C’est le rôle du launch pad. Pour ça, on utilise un guide. Pour les plus petits propulseurs ( de ‘A’ à ‘D’ cf. cet article sur les propulseurs ) on utilise une tige de 3mm de diamètre. Pour les plus gros moteurs, des tiges plus larges ou encore des rails V-slot

La stabilité grâce à la vitesse

La fusée ne sera stable qu’à partir d’une certaine vitesse, et la rampe de lancement guide notre micro-fusée jusqu’à ce que cette vitesse soit atteinte. On appel cette vitesse la vélocité de sortie de rampe.

tige laiton 3mm
Une tige en laiton de 3mm

Après avoir observer de nombreuses vidéos, et pages web, j’ai relevé les principes de fabrication en espérant trouver des instructions quelque part… Et enfin : sur le site du NAR, un doc PDF nous donne une très bonne solution économique et efficace.

Les capacités de la rampe

Le support de lancement proposé est donné pour supporter des moteurs jusqu’au type ‘G’ et des micros fusées dont le poid total ( avec le propulseur donc ) peut atteindre 900g. En partant du bon sens  » Qui peut le plus, peut le moins  » avec ce montage je suis tranquille pour un moment.

C’est donc avec cette image en tête de la rampe de lancement que j’ai commencé la fabrication de mon launch pad à 20 Euro que j’ai baptisé l’ALP mark 1. Oui c’est toujours plus drôle en lui donnant un nom ! Au lieu de refaire le doc, j’ai filmé les étapes de fabrication et c’est ce que je vous propose de regarder avec cette vidéo.

Je répondrai à toutes les questions et je suis vraiment preneur de conseils. Alors n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en laissant un commentaire juste en -dessous !

Des Moteurs à poudre pour la Delphinus

J’ai reçu les premiers moteurs pour la Delphinus : Ces sont des Klima, une marque de plus dans le monde de l’astromodélisme. Bien sûr j’ai pris les moins puissants possible en suivant les prérogatives du « Premier vol » sur le doc de la fusée.

  • Un C6-0 pour le 1er étage
  • Et un A6-4 pour le second

.. Pour expliquer les références des moteurs, j’ai mis la main là-dessus sur le site d’Estes:

Explication des références de moteurs de micro-fusées

  • La lettre indique l’impulsion totale ou la puissance totale délivrée par l’engin. Chaque lettre succédente a deux fois la puissance de sa précédente. Par ex: C est 4x plus puissant que A.
  • Le deuxième chiffre correspond à la force de poussée moyenne du moteur en Newton.
  • Le dernier chiffre correspond au temps d’attente, en secondes, entre la fin de la phase de propulsion et la mise à feu de la charge d’éjection du parachute. Un chiffre de « 0 » signifiant qu’il n’y a pas de délai pour la charge d’éjection, donc ils sont fait pour les booster de 1er étage.
Dès réception des moteurs : Mise en boîte et en sécurité

Et de la part de Klima, j’ai trouvé ce document là :

Qui nous donne toutes les infos d’un coup :
( Téléchargeable sur le site de Klima. )

C’est fait de quoi ?

D’après la doc que j’ai pu trouver sur les moteurs, ils font 17,8 mm de diamètre pour 70 mm de long. Le contenu explosif est souvent fait de Nitrate de Potassium et de Soufre mais rien à ce sujet dans la documentation.

Encore une idée de sujet à traiter pour une suite 🙂

Indispensable Argonaute en téléchargement pdf

Argonaute hors-série microfusées pdf

A force de googlisations je suis tombé nez à nez avec le magazine qui m’avait tant passionné étant gamin : L’indispensable Argonaute en téléchargement pdf gratuit.

http://www.planete-sciences.org/espace/publications/microcosme/argonaute_microfusee.pdf

En plus de bons souvenirs, ce magazine explique toutes les bases pour la fabrication de micro-fusées ! Des forces en jeux à la conception en passant par la récupération, tous les sujets sont traités ! Un must !

Je ne peux que vous le conseiller.

Le câble pour aller jusqu’au pas de tir

Je me suis aussi procuré du câble pour aller jusqu’au pas de tir. En partant du principe que plus la section est importante, moins il y a de resistance électrique, j’ai d’abord cherché une section de 1 mm2 mais je suis tombé sur une bonne affaire sur Amazon avec une section – plus importante – de 1,5mm2. Je vous met le lien ICI si vous voulez profiter du bon plan.

On est d’accord que c’est un peu surdimensionné ( une section de 0,75mm2 aurait suffit ) mais à ce prix ĺà, je n’ai pas hésité longtemps et il pourra être plus facilement ré-utilisé sur d’autre projets.

Il me manque encore la tige de lancement, le controleur et un espace assez vaste comme un champs. Je n’ai jamais été aussi proche du premier décollage !

Klima : Delphinus. Une première microfusée

On recommence doucement… J’ai choisi une « ready to fly » ( une « prête à voler » donc..) de chez Klima à 2 étages : La Delphinus.

Ces modèles sont très simple à monter, notamment avec des ailerons en plastique qui ne nécessitent pas de collage. Il y a même un système de déviation des gaz d’éjection du parachute pour éviter que ce dernier ne brûle.

Je vous met aussi le lien vers la micro-fusée sur Amazon ICI

Avant de commencer, j’ai jeté un coup d’oeuil à la page wikipédia sur le sujet. Peut de sources de citées : Il est noté que l’on ne peut utiliser que des propulseurs de type A,B, ou C en France et que la distance de sécurité est de 30 mètres… Quelque soit le type de propulseur utilisé. Il existe une associaton ( TRIPOLI Southern France ) qui tire des fusées bien plus grosses…. Mais en dehors du territoire français.
Je vais donc chercher des informations un peu plus complètes sur le sujet et j’en parlerai dans un prochain post.

Le montage.

Avec des parties en plastiques, le montage est d’une très grande facilité. Les instructions sont simples et claires. ( Ici sur le site du constructeur ), en moins d’un après-midi c’était fait. J’ai renforcé le support moteur en mettant une couche de colle blanche supplémentaire et je vais de ce pas commander une série de propulseurs.

La colle blanche sur les contours du support du propulseur pour consolider un peu la bête.

Un peu de peinture blanche et elle sera paré au lancement !

Bienvenue sur le blog de l’astromodeliste.

Astromodeliste

La folie des micro-fusées m’a touchée étant gamin, et là, des années plus tard je me fait une rechute. Pour stocker ce que j’apprends j’utilise des blogs. Donc bienvenue sur le blog de l’astromodeliste

Peut -être à cause de la température « New-Space » du moment.. qui sait ?

Mais beaucoup de temps est passé et je ne me souviens de presque rien… Alors je re – découvre le hobby. Ce qui est source de beaucoup de plaisir.

Ma première lecture à simplement été l’article sur Wikipedia. Et la première chose que je lis est que seul les petits propulseurs de type A,B ou C sont autorisés. Bien… ça me parait déjà bien suffisant pour commencer.

Beaucoup de choses ont changées, beaucoup de nouveauté et d’évolutions diverses, je ne reconnais pas grand chose par rapport au peu que je savais étant gamin.

Je vais commencer doucement en achetant un kit de base et je vais pouvoir tout suivre d’ici… et vous aussi.

à très bientôt.