Le site de l’astromodeliste à 1 an !

Quelque 21 articles plus tard, me voilà à fêter les an d’existence sur ce petit blog qui parle d’astromodélisme. C’est certain que l’aventure va continuer tellement le plaisir d’apprendre est grand !

Bonne anniversaire au tout jeune blog de « l’astromodeliste » !

J’en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et de très beau lancement en 2020. Le parcours continu !

Der Red Max – Chapitre 1 – Le bâti moteur

Aujourd’hui, je commence le montage de la Der Red Max ! Et on débute par le bâti moteur.

La Der Red Max d’Estes sur Amazon.

Le bâti moteur est crucial. De son alignement dépendra la trajectoire de la fusée. Et pour faire au mieux, je vais scrupuleusement suivre les instructions.

Pour cette étape, il vous faut : de la colle à bois ( de la colle blanche ), un scalpel, un pinceau pour étaler la colle, un chiffon pour nettoyer la colle en surplus et un propulseur vide ou un support de micro-fusée pour ce diamètre de propulseur ( Vous pouvez en télécharger un gratuitement ici pour l’imprimer )

Mais avant, on commence par tracer l’emplacement du crochet de rétention du propulseur et celui la bague qui va venir le tenir en place. Je vous conseil de décaler vos marques de manière à voir celle de positionnement de la bague une fois le crochet en place. Puis, grâce au scalpel de modélisme ( avec une lame neuve acheté sur Amazon ) je suis venu découper une fente de 3mm. Je me suis aidé du crochet pour être certain que la longueur soit bien parallèle aux bords du tube.

Le seul bon conseil ici est : Patience ! passez plusieurs fois avec le scalpel. En appuyant trop fort, vous déformeriez le tube du bâti moteur.

Ensuite, j’ai étalé de la colle pour la bague de maintient du crochet en m’aidant de la marque faite précédemment. J’ai placé la bague, et j’ai essuyé l’inévitable surplus de colle blanche.

C’est le même traitement pour la bague de carton jaune qui vient à l’intérieur du tube en butée contre le retour du crochet. Pour l’aligner correctement, un propulseur vide ou le support de micro-fusée va grandement vous aider !

Pour l’étape suivante, j’ai découpé les anneaux de centrage du bloc de propulseur avec le scalpel. Leur placement est critique pour le bon fonctionnement de notre Der Red Max : Prenez votre temps pour les ajuster.

Reste à étaler de la colle autour des liaisons en carton pour un bon maintient et à laisser sécher jusqu’au lendemain !

Voilà pour le bâti moteur qui est prêt à en découdre avec la pression d’un décollage !

Der Red Max – Intro

Der Red MAx - Intro

Le Der Red Max d’Estes ( n° 0651 ) est un modèle que j’ai toujours trouvé super classe. Entre ses proportions et ses allures de fusée pirate, elle me faisait déjà rêver quand j’étais gamin.

Et oui, la Der Red Max ne date pas d’hier ! La première version « Red Max » faisait parti d’un kit sorti en 1971 ( cf. le catalogue Estes d’époque ) et à été ré-édité en 2007.

S’informer avant de commencer

D’autres personnes ont déjà documenté leur choix et leur modifications sur la construction de ce modèle. Avant de démarrer, j’ai fait un tour sur Rocketreviews et j’ai trouvé plusieurs articles de blogs sur le sujet. Dont celui-ci, où il nous explique qu’il trouve les guides de décollage un peu petit et le lien au parachute beaucoup trop court.

Malgré mes recherches, je n’ai rien trouvé sur la longueur de corde idéale pour attacher le parachute. Voilà une question de plus ! Quant aux guides de décollage, plus ils sont petits, moins ils créent de résistance à l’air. Je ne vais donc rien toucher au modèle de base.

Les composants

Les composants de la Der Red Max
Descriptionréf. constructeurPoids
Tube du corps de 21,55 mm diamètreBT-6011g
Nez coniquePNC-60AH20g
Bague mylar( pout le bloc propulseur )
Support propulseur3.5″ BT-20 – L = 8,89 cm
Bague de butée moteur( pour le bloc propulseur )
Crochet de propulseur( pour le bloc propulseur )
Cosse de lancement1/8″ Launch lugs
ParachuteParachute 18″ = 45,7 cm
Attache parachute élastiqueL = 60 cm
Les instructions…
2 gabarits de centrage en carton

Le modèle Openrocket

J’ai d’abord téléchargé le fichier Rocksim que j’ai trouvé sur Rocketreviews et je suis tombé sur quelque incohérences entre le poids des composants du fichier du simulateur et ceux de mon modèle. Je mettrai donc à jour le fichier openrocket au fur et à mesure.

Les logiciels de design de fusées

Openrocket

Les logiciels de design de fusées se sont rendus indispensables. Ils permettent de tester la stabilité avant le premier lancement et de savoir l’altitude théorique avec un certain type de propulseur grâce aux simulations. Un petit point sur Openrocket, qui en plus d’être gratuit est opensource.

Les ressources pour Openrocket

Le Wiki d’OpenrocketLe site officielDes Modèles ORK à télécharger et d’autre au format RKT.

Présentation

Et ce n’est pas ses seuls avantages : Il est écrit en langage java, ce qui en fait un programme multiplateforme : windows, mac OsX ou linux et d’autre : Il fonctionne partout. Sans ajout supplémentaire, il possède une base de données de propulseurs et une autre qui présente les différents composants de votre petit missile.

L’interface d’Openrocket

En plus de vous éviter les calculs du Centre de poussée à la main, il offre des fonctions très utiles comme la simulation de lancements. Pour ça, vous sélectionner le propulseur et il vous donne la vitesse, l’altitude et tout un tas de paramètres estimés avant même le début de la construction de votre bolide.

De nombreux éditeurs de kit proposent les fichiers de simulation au format d’un autre ( très bon ) logiciels de design de fusées : Rocksim – édité par Apogee. C’est le format de prédilection que l’on trouve sur Rocketreviews. Et bien sûr, vous pouvez les ouvrir et les utiliser sur Openrocket sans problèmes.

Le nombre d’heures…

…Que l’on peut passer devant un tel logiciel ! C’est sans parler de la fonctionnalité d’optimisation qui en dit long sur la forme d’une fusée en fonction de l’objectif que vous voulez atteindre. On apprend énormément en jouant avec ce programme. Essayez le et bientôt, j’espère vous proposer un tuto pour partager le plaisir de la conception de petites fusées.

Suivre le blog de l’Astromodeliste

Si le parcours compte plus que l’objectif, il n’en reste pas moins un chemin qui ne se fait pas seul. La régularité est la clé. Suivant l’idée du blog, un article tous les quinze jours donne un bon tempo. Voici les moyens pour suivre le blog de l’Astromodeliste.

Si vous souhaitez suivre le rythme des parutions, j’ai mis en place un système de newsletter qui envoi un mail tous les deux mois avec les liens vers les derniers articles. Pour vous inscrire, rien de plus simple ! Il vous suffit de renseigner votre adresse e-mail dans l’encart juste en dessous :

Abonnez vous au blog de l'Astromodeliste !

Abonnez vous et recevez les dernièrs articles du blog tous les 2 mois.

Je comprends que ces informations personnels vont être transférés sur MailChimp ( plus d'informations )

Je ne donnerai, n'échangerai ou ne venderai votre adresse email. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le voulez

J’ai donc aussi créé une page Facebook pour suivre les parutions du blog et les projets sur lesquels je travail. Il suffit juste de cliquer sur l’image pour y accéder et suivre le blog de l’Astromodeliste !

page facebook astromodeliste
La page Facebook de l’astromodeliste

Estes Exocet MM-38

A faire de l’archéologie de micro-fusées, on fini par retrouver de vieux modèles. Et c’est comme ça que j’ai remis la main sur un Estes Exocet mm-38 en parfait état de conservation.

L'exocet mm-38 d'Estes

Je trouve ce modèle génial. Il a été produit par Estes entre 1986 et 1989 sous le numéro de kit 1925. J’ai le souvenir d’un très bon vol en l’équipant avec un C6-4.

C’est une copie d’un missile anti-navire dans sa version mer-mer ( le « MM » donc ) fabriqué par Aerospatiale. Un peu d’infos historiques sur wikipedia, permet de récolter l’inspiration pour la conception du modèle.

Il existe d’autre marques qui ont édités des modèles de l’exocet tel que Aardvark et Binder design mais à des échelles différentes qui nécessiteront des propulseurs bien plus puissants et pas autorisés ( ou pas couvert… ) par la réglementation française.

Pour la conception… sans le kit

Les instructions téléchargeables en pdf sur le site d’Estes devraient permettre de refaire le modèle. On peut retrouver les côtes grâce à la liste des différentes parties et ce document qui fait la correspondance entre les noms des composants et les tailles. Pour les plus pressé d’entre vous, voici la liste des composants ci-dessous. Quant aux côtes des ailerons, elles peuvent être trouvés ici.

réf. ESTESLongueurEpaisseurdiam. int.diam. ext.
Engine mount tubeBT-20J69,850.3318,0318,69
engine hookEH-2
engine blockAR-520
adapter ring setTA-1327
shock cord mount
Body tubeBT-55457,200,5332,5933,55
Body tube marking tube
Balsa fin sheettélécharger
Launch lugLL-2A
Nose conePNC-55 EXtélécharger
Clay balance weightpas utile avec le nez imprimé en 3D
ParachutePK-12A
Shroud lineSLT-T2
Tape disc setTD-3F
DecalKD-1925

En ce qui concerne l’ogive, j’ai préparé un fichier .stl à télécharger qui correspond au modèle PNC_55-EX de la liste des composants. Bien sûr, ça nécessite une imprimante 3D, mais j’ai essuyé les plâtres pour vous, puisqu’il rentre avec la tolérance adéquat dans le tube. Ce nez de fusée est fait d’une belle courbe tangentielle qui pourra être utilisée dans d’autre de vos projets.

Dans la version originale, le nez était lesté pour atteindre 22 grammes et … c’est justement le poids qu’il a dans sa version imprimé en PLA. La version en PET est un peu plus légère avec un poids de 16 grammes, ce qui nécessitera de le lesté pour déplacer le centre de gravité.

Le fichier .stl est disponible en téléchargement ci-dessous :

Ailleurs autour de l’exocet.

D’autre semblent s’y être déjà attaquer d’après ce que j’ai pu lire sur ce sujet du rocketeryforum datant de Mai 2017. Leur modèle de l’ Estes Exocet mm-38 est particulièrement classe, je vous invite à y jeter un coup d’oeuil.

Si vous faite le montage de cette version miniature du missile, ça m’intéresse beaucoup ! Donc n’hésitez pas à poster un lien dans les commentaires.

Pour aller plus loin

Tout d’abord, il y a la fiche d’information sur Rocketreviews.com et le fichier openrocket télécheargeable sur le rocketryforum.

Et plus largement sur le côté historique du sujet, ce livre : « Lextraordinaire aventure de l’Exocet » édité en 1988 et paru aux éditions de la Cité. Voici le lien sur Amazon pour les plus curieux d’entre vous.

Et pour terminer..

Malgré de nombreux vols, et après 30 ans d’inactivité elle reste ( presque ) prête à décoller !

Un article quelque peu historique donc pour cette fois. J’espère qu’il vous aura donné envie ! Dans tous les cas, merci de l’avoir lu jusqu’au bout et je vous dit à très bientôt pour la suite du parcours.

Le code de sécurité de l’astromodeliste

Code de securité microfusées

Ça faisait un moment que je cherchais un document qui reprenne les grandes lignes de la sécurité autour du lancement de micro-fusées, notamment la taille des terrains de lancement, les distance de sécu, etc… Et c’est sur le site du NAR que j’ai pu trouver.quelque chose. Je l’ai traduit ici pour facilement le retrouver sous le nom de Code de Sécurité de l’astromodeliste.
Attention cependant, il ne s’agit en rien de la réglementation mais c’est plus un guide pour une bonne pratique.

Les Matériaux.

J’utiliserai des matériaux légers pour concevoir ma micro-fusée. Pas de métal pour le nez, le corps ou les ailerons.

Les propulseurs

J’utiliserai seulement des propulseurs commerciaux et certifiés. Je ne les modifierai en aucune manière et je ne les utiliserai pas pour une autre utilisation que celle prévue par le constructeur.

Le système d’allumage

La mise à feu de mes micro-fusées se fera exclusivement avec un système de lancement électrique et des allumeurs électriques. Mon système de lancement possèdera un verrou de sécurité en série avec le bouton de mise à feu et ce dernier retournera à la position ouverte dès que je le relacherais.

Tire raté

Tir raté

Si ma micro-fusée ne décolle pas lorsque j’appuie sur le bouton de mon système d’allumage électrique, je retirerai la clé de sécurité ou je déconnecterai la source électrique ( la pile ou la batterie ), puis j’attendrai 60 secondes après la tentative de mise à feu avant d’autoriser qui que ce soit à approcher la micro-fusée.

Sécurité du lancement

J’utiliserai un compte à rebours avant le décollage et je m’assurerai que tout le monde porte son attention sur le décollage. Personne ne se trouvera à moins de 5 mètres du pas de tir si j’utilise des propulseurs de type ‘D’ ou à moins de 10 mètres si j’utilise un propulseur plus puissant.

Si je ne suis pas certain du comportement de ma micro-fusée, par exemple pour un premier décollage, je testerai sa stabilité avant le décollage et je préviendrai les spectateurs et les ferai se placer à une bonne distance du pas de tir.

Lors de l’organisation d’un tir de plus de 10 micro-fusées, la distance de sécurité sera de 1,5 fois l’altitude maximum prévue.

Le pas de tir

Je lancerai ma micro-fusée avec une tige de lancement ou un rail qui est pointé dans les 30 premiers degrés par rapport à l’axe vertical pour m’assurer que la micro-fusée décolle le plus verticalement possible et j’utiliserai un déflecteur de souffle pour éviter que le jet du propulseur ne touche le sol.

Pour éviter toute blessure aux yeux, je placerai le pas de tir de manière à ce que le haut de la tige de lancement soit au-dessus du niveau des yeux ou je placerai un bouchon au bout de la tige quand elle n’est pas utilisé ou transportée.

Taille de la micro-fusée

Ma micro-fusée ne pèsera pas plus de 1500 grammes au décollage – poids du propulseur inclus – et ne contiendra pas plus de 125 grammes de carburant ou plus de 320 Newton / seconde d’impulsion totale.

Sécurité du vol

Je ne lancerai pas ma micro-fusée vers une cible, dans des nuages, ou à proximité d’avions et je ne mettrai aucun chargement inflammable ou explosif dans ma micro-fusée.

Le site de lancement

Je lancerai ma micro-fusée à l’extérieur, dans une zone dégagée au moins aussi grande que le tableau ci-dessous le préconise. Dans des conditions de climat le permettant avec des vitesses de vents inférieurs à 30 km/h. Je m’assurerai qu’il n’y ai pas d’herbe sèche ou d’autre éléments inflammable à proximité immédiate du pas de tir.

Le système de récupération

J’utiliserai un système de récupération tel qu’un parachute ou une banderole dans ma micro-fusée de manière à ce qu’elle retombe en toute sécurité et en bon état. Après l’atterrissage, elle sera de nouveau utilisable. J’utiliserai des matériaux résistants au feu comme de la ouate pour protéger mon système de récupération.

Sécurité de la récupération

Je ne tenterai pas de récupérer ma micro-fusée depuis des lignes électriques ou des pylones, de grands arbres ou depuis d’autre endroits dangereux.

Handbook Of Model Rocketry ou le livre de l’été.

Handbook Of Model Rocketry

Avant le « Handbook Of Model Rocketry » j’ai fait comme tout à chacun : j’ai écumé les sites web, les vidéos Youtube et autre blog pour trouver les bonnes informations sur l’astromodélisme.

Une fois ces informations trouvées, il faut les vérifier, les confronter, … bref, faire le tri entre ce que dit ce site qui contredit cette vidéo.. etc.. Et c’est de loin la partie qui prend le plus de temps !

Handbook Of Model Rocketry
à partir de 14,83€ sur Amazon

Mais pour des vacances – cérébrales et physique – je me suis offert le Handbook Of Model Rocketry sur Amazon : Cliquez ici pour le lien.

Ecrit par l’un des pères du hobby : G. Harry Stine, tout dans ce livre est un aller simple dans vos connaissances sans passer par le laborieux filtre de la vérification.

De la fabrication, du lancement, en passant par les moteurs, l’aérodynamique ( si, si ! ), même quelque plans et des programmes ( en Basic certes.. ) c’est bien l’ensemble des disciplines du hobby qui sont traités dans ce livre. Avec lui seul vous pourrez envoyer des modèles réduits de fusées à la perpendiculaire du plancher des vaches.

J’ai particulièrement aimé la partie sur l’aérodynamique qui donne de véritables clés pratiques et utilisables tout de suite pour faire des fusées bien plus performantes. La partie sur les propulseurs à répondu à des questions que je ne me posais pas encore avant la lecture de ce livre : Un vrai régal.

Edité en anglais, le Handbook Of Model Rocketry nous rappel avant tout que c’est un livre sérieux sur un bon moyen de s’amuser. J’ai trouver mon nouveau livre de chevet.

Un support de présentation pour microfusées

Parcequ’il n’y a pas de raisons ! « tout le monde » le fait… Astromo.space à maintenant lui aussi son support de présentation de microfusées. J’ai profité de l’accès à une imprimante 3d pour palier à ce manque impardonnable.

Suite à la redécouverte du modèle Estes Exocet mm-38 ( cf. cet article ) j’avais besoin d’un support pour prendre ma trouvaille en photo. Après un tour sur les sites qui proposent des fichiers à télécharger pour imprimantes 3D – tel que thingiverse.com – Je me suis demandé comment en faire un moi-même… Et le mal était fait.

Après une fiévreuse recherche de logiciel de conception gratuit, je suis tombé sur tinkercad.com qui met à disposition des fonctionnalités de base pour la conception d’objets 3d simples. Il est très bien fait, permet des opérations de modelage de base tel que la différence entre plusieurs formes. Bien pratique pour modéliser un objet sans connaissances particulières.

Et me voilà donc parti à dessiner ce petit support pour microfusées pour le blog de l’astromodéliste.

Je vous met le fichier à télécharger ici

Puis un petit tour dans l’application gratuite CURA pour préparer le modèle 3d et configurer l’imprimante. Suite à ça, c’était parti pour 4h30 d’impression en PLA ( un plastique d’acide polylactique… à vos souhait )

Un poil futuriste, ne demandant pas trop de matériaux, je le trouve idéal pour mon utilisation. Normal me direz vous… Alors, si vous, vous l’utilisez, n’hésitez pas à me laisser un mot dans les commentaires pour me dire ce que vous en pensez ! à bientôt pour la suite du parcours.

Un nouveau logo pour le blog de l’Astromodéliste

Une écriture simple pour le titre du site me semblait un peu pauvre.. J’ai donc concocté un nouveau logo pour le blog de l’astromodéliste ! Plus dynamique, plus graphique ( c’était pas difficile… 😉 il incarne la philosophie du blog mieux que la très sobre et ancienne police de caractère.

Travaillé en quelque heures sur Gimp, on peut dire qu’il est d’origine Open source ! Il ornera aussi la chaîne Youtube à laquelle je vous invite à vous abonner et à cliquer sur la Cloche :

J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi ! A très bientôt.